Le secret de Bruges-la-Morte

Le secret de Bruges-la-Morte – version intégrale (pdf)

Table des matières (pdf)

Le texte intégral de Bruges-la-Morte

Bruges-la-Morte (1903 – english translation – 13 Mio)
with a critical Introduction by Thomas Watson Duncan (69 pp.)

Un guide illustré de Bruges (1886) peu avant la parution de Bruges-la-Morte

Plan de Bruges 1900 avec les rues en français comme dans Bruges-la-Morte

Le plan dessiné de Bruges en 1562 (possibilité de voir les détails)

La Bruges de Rodenbach en cartes postales

Un monument Rodenbach à Bruges ?

Roman de gare, thriller avant la lettre, poème en prose écrit dans une langue magistrale, mythe d’Orphée revisité, conte initiatique, Bruges-la-Morte, cette œuvre universelle, offre une pluralité d’interprétations qui continue de lui assurer un succès constant. Mais un examen attentif du contexte politique, littéraire et philosophique qui prévaut en 1892, l’année de publication du récit, permet d’ouvrir de nouvelles et passionnantes pistes de lecture. Joël Goffin examine au plus près les multiples références qui parcourent l’œuvre majeure de Georges Rodenbach (1855-1898) : l’illuminisme chrétien, la gnose, l’alchimie… Pour étayer ses hypothèses, il s’appuie sur des auteurs aussi différents que Maeterlinck, Barrès, Ghelderode, Boileau-Narcejac ou Hitchcock, mais également sur sa connaissance intime de Bruges, le personnage central de l’intrigue. Le parcours maçonnique du grand-père Constantin, les amitiés occultistes et la symbolique du monument funéraire du chantre de Bruges ne sont pas les moins surprenantes de ses découvertes.

L’étude approfondie des œuvres de Rodenbach et de Khnopff, sa passion pour l’ésotérisme et l’occultisme fin de siècle ont permis à l’auteur d’offrir une interprétation inédite et personnelle du chef-d’œuvre du Symbolisme et des Lettres françaises de Belgique.

Ilock